loading
  • Photograph by Creative Commons

Pour améliorer la santé des Canadiens, il faut d'abord réduire les inégalités

L’inégalité face à la santé est une réalité au Canada, alors que notre système de soins est largement accessible. Nous pouvons agir pour améliorer les choses: à travers des décisions politiques et d'autres initiatives menant vers un avenir avec des personnes et des communautés plus saines.

L’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) vient de publier ce rapport exposant plusieurs solutions ingénieuses, ou constituant pour le moins de bons points de départ. Voyez ici leur rapport sommaire et leur outil interactif d’exploration des inégalités en santé.

Les Canadiens dépensent beaucoup en soins de santé : plus de 200 milliards de dollars par année. Grâce au dernier rapport de l’ICIS, cependant, nous avons encore davantage de preuves que l’inégalité de l’état de santé va croissante entre les plus riches et les plus pauvres alors que nous dépensons davantage en soins. Ceci veut dire que nous avons besoin de faire les choses différemment pour améliorer la santé de tous les Canadiens et assurer des améliorations qui profitent à tous les segments de la société. 

 inequalities_copd_fr.jpg

L’inégalité en santé est une réalité au Canada, alors que notre système de soins est largement accessible. Depuis le début des années 2000, les inégalités ont grandi au niveau de l’autoévaluation de la santé mentale, des taux de tabagisme et de la maladie pulmonaire chronique. Les écarts de revenus expliquent en partie ces inégalités, et ces écarts se sont accrus depuis le début des années 2000. Les personnes à plus faible revenu ont avantage de difficultés à assurer les bases d'une vie plus en santé.

inequalities_smoking_fr.jpg

Par exemple, on sait que les familles à faible revenu sont plus susceptibles de vivre dans des logis surpeuplés, insalubres, ou prenant une part trop grande de leur revenu mensuel. Ces familles sont plus susceptibles d’avoir des difficultés d’accès à la nourriture saine dont elles ont besoin pour rester en santé, ce qui amène leurs enfants à avoir plus souvent un faible poids à la naissance ou à être envoyés mal nourris à l’école. Nous en voyons le reflet dans le nombre d’enfants à faibles revenus qui réussissent difficilement à l’école, n'étant pas dans de bonnes conditions pour apprendre lorsqu'ils sont à l'école. Le stress quotidien de ces conditions de vie amène les familles à faible revenu à souffrir davantage de maladies mentales, ce qui augmente la précarité de leur existence. 
Trends_in_Income-Related_Health_Inequalities_in_Canada_infographic_FR_8.5x14_web_MHcrop(1).jpgRésoudre ces problèmes n’est pas la fonction première des hôpitaux, mais ce sont ces facteurs – et d’autres déterminants sociaux de la santé –qui comptent réellement pour la bonne santé des familles. Le rapport de l’ICIS est important, car il explique simplement ces faits et fournit plusieurs exemples d’interventions qui peuvent améliorer l’équité en santé au Canada. Des initiatives comme les programmes Housing Choices aux Territoires du Nord-Ouest apportent des bénéfices direct aux familles à faible revenu alors que des interventions globales comme le revenu annuel garanti assurent une réduction de l’écart des inégalités en santé à travers le Canada. Le rapport de l’ICIS fournit un plan d’action bien établi pour l’action. Ses recommandations méritent d’être mises en oeuvre.

Connect upstream.